LE PROJET
D'ECO-QUARTIER


La concrétisation de nos idées !
Durant plus de 23 ans, le comité de quartier du Martinet s’est battu pour la préservation du site et de ses 52 hectares de nature en pleine ville.


Le succès arrivé, devenu propriété de la ville de Charleroi et site classé par la Commission Royale des Monuments et Sites, les terrils, ou plutôt les espaces qui leur sont contigus, font aujourd’hui l’objet d’une réaffectation dans le cadre des dossiers SAED (Site d’Activité Economique Désaffecté), appelé aussi SAR (pour Site A Réhabiliter).

Depuis 1999, alors que des garanties étaient acquises pour la protection du site, le comité a toujours estimé qu'il fallait apporter une valeur ajoutée à la plaine TLC ainsi qu'aux bâtiments abandonnés, de l'ancien charbonnage. Divers projets ont ainsi été émis soit par la Ville de Charleroi ou par le comité. Pour ce dernier, il n'était pas question de voir s'installer un quelconque parc d'attraction fusse-t-il été unique au monde.

La démarche citoyenne s'était toujours portée sur un type de développement en totale harmonie avec les lieux, tourné vers futur mais sans esquive du passé industriel.

C'est donc logiquement vers le développement que le comité de quartier a souhaité initier un projet totalement novateur et porteur d’avenir, à savoir la création d’un éco-quartier avec la construction de maisons passives et tout ce que cela suppose en matière de technologie nouvelle, d'image et de perspectives pour le site et pour la Ville. A coup sûr, ce type de construction sera incontournable demain car les consommations énergétiques y sont diminuées de 90% tout en gardant un excellent confort de vie à l'intérieur et en préservant la planète d'émissions de gaz à effet de serre.


Pensez : une maison moyenne construite selon ces critères
et techniques ne consomme annuellement que +/- 100€ de chauffage
!


21 hectares urbanisables
et 4 millions d'euros pour démarrer le projet


   Voir le reportage
Au pied des terrils classés, sur les 53 hectares que compte le site, 21 sont "urbanisables". Il s'agit des anciens sites de la fosse N°4 et du centre de triage-lavage TLC explique Martine Piret de la Division de l'Aménagement urbain de la Ville de Charleroi, chargée de coordonner le projet. 
Un premier pas est franchi !

Ainsi, fin 2008, la Région wallonne vient d'attribuer 4.000.000 €, via la SOWALFIN, pour l'indispensable assainissement du site. " Assainissement ne signifie pas ici dépollution puisque les sols ne sont pas pollués; une étude des sols ayant été réalisée par l'ISSEP, mais il faudra démolir des structures, déblayer, déboiser et terrasser car le site est à l'abandon depuis plusieurs dizaines d'années.
Quand ce travail sera terminé, l'immense terrain sera prêt pour les constructions ". Après assainissement, la Ville et IGRETEC démarcheront plus aisément les investisseurs et partenaires. " Plusieurs partenaires potentiels frappent déjà à la porte " glisse Martine Piret qui travaille aux cahiers des charges et espère voir débuter ce travail préparatoire fin 2009.

La Région Wallonne croit manifestement en ce projet puisque les fonds sont attribués dans le cadre du " plan Marshall ".

Il faut dire que le dossier rentré avait de quoi séduire. Si les "riverains" du Martinet avaient des idées, ils n'avaient manifestement pas les moyens pour passer de la théorie à la pratique pour les esquisses de ce projet d'envergure. C'est alors qu'ils ont sollicités dans le cadre de leurs travaux, des étudiants en architecture de l'Université de Mons.


 A l'initiative du quartier, une visite à Fribourg 

"La Ville Ecologique " de référence en Europe fut organisée avec les étudiants, des représentants de la presse et des architectes. Cette visite, a permis de réaliser les possibilités de construire
au Martinet un projet de quartier centré sur le durable
.


REPORTAGES diffusés par TELESAMBRE
Vincent Bocquet et Jonathan Scilla
Le 26 novembre 2007

Les riverains du terril du Martinet à Roux ont passé une partie du week-end en Allemagne, à Fribourg. Le but de cette expédition : aller chercher des idées dans cette ville à la pointe des constructions écologiques. Les carolos rêvent en effet de construire, sur 20 hectares encore disponibles en bord de terril, un nouveau quartier pour lequel ils espèrent bénéficier des aides wallonnes pour le réaménagement des zones industrielles désaffectées. Un éco-quartier donc, avec, comme à Fribourg, des maisons solaires, passives et à basse énergie.

Le 27 novembre 2007

Les riverains du terril du Martinet à Roux viennent de passer deux jours à Fribourg, une ville allemande qui fait référence dans le domaine de l'habitat alternatif et des énergies renouvelables. Ils en ont non seulement ramené des idées en matière de construction écologique, mais également en matière de mobilité et d'habitat participatif.

De retour de Fribourg, sous la direction d'un de leur professeur, Madame Anne Marécaux, séduite par sa visite, par les potentialités du Martinet et l'opportunité de travailler en vraie grandeur avec ses étudiants, 11 projets ont été développés pour cet " Eco quartier " qui présente ainsi une cohérence architecturale.

Cinq projets ont été retenus

1. L'éco-quartier qui constitue l'épicentre du projet.

Il y réunit les trois piliers du développement durable :

  • l'environnemental avec la qualité du biotope
  • l'économique car il permet de réduire les dépenses
  • le social puisqu'il ouvre des niches d'emploi et est le fruit d'une mobilisation citoyenne

On y construirait plusieurs dizaines d'habitations HQE (Haute Qualité Environnementale).

Autant d'invitations à construire selon des critères d'économie thermique et acoustique afin d'assurer un réel confort de vie aux futurs habitants.

On y appliquera un nouvel art de bâtir avec des logiques singulières comme des blocs de torchis, un concept développé ici par l'étudiant architecte.

Les logements seront diversifiés et modulables selon la taille des ménages et les caractéristiques des habitants.


2. Un Centre de recherche sur le développement durable

Il sera un centre de compétence qui accueillera des partenaires comme les universités et autres clusters qui travaillerons dans des disciplines appelées à prendre de l'importance.

Ce projet de réhabilitation présente de nombreux atouts : en terme d'emploi et de formation, mais aussi d'image pour Charleroi qui se placerait ainsi à la pointe de l'architecture et de l'urbanisme durable.
La biodiversité et l'empreinte historique seront respectées et intégrées. Un volet paysager et culturel est même prévu puisqu'une partie de la plaine sera réservé à l'art éphémère, au Land Art.

3. Un Centre de formation aux métiers de l'environnement

Parmi les " nouveaux " métiers, beaucoup sont en rapport avec la nature et l'environnement : éco-conseiller, guide nature, spécialisations dans l'architecture ou la chimie, etc. Créé avec divers opérateurs de formation, le centre participera à la réalisation de l'Eco-quartier et à l'entretien du site, à la formation aux technologies du voltaïque, de l'éolien, du chauffage solaire, des pompes à chaleur, de la géothermie, à l'isolation...
De véritables chantiers d'apprentissage grandeur nature!

4. Espace accueil et logement contigu à la ferme pédagogique

A deux pas du site, la Ferme du Martinet développe déjà avec succès des activités pédagogiques. Le partenariat ferme-gîte permettra d'étendre celles-ci. (création d'activités classes vertes, nature, accueil vacances et autres...)


5. Le Centre d'interprétation de la nature


Lieu d'accueil pour les classes vertes mais aussi pour tout public, il sera aussi une base pour les guides nature et le lieu d'expositions didactiques permanentes ou thématiques.

Des espaces seraient résevés pour des activités pédagogiques et autres.

 



Les plans et esquisses de ces 5 projets constituent un canevas.

Images: ArchiUMons

Les étudiants de l'Université de Mons ont déterminé l'occupation de sol, les volumes et une trame architecturale.
C'est sur cette base que la Région soutient le projet. Il appartiendra aux auteurs de projets qui seront désignés de les préciser mais ils devront en respecter les grandes lignes.

Sur le plan participatif, un concept nouveau s'est peut-être créé en terme de" Partenariat Public/Privé et Citoyen" (PPPC) constituant un juste milieu entre les ambitions de Charleroi et les aspirations des riverains.
UNE PREMIERE, encore, dans laquelle le Martinet veut y croire. !


Projet d'Eco-Rénovation dans le quartier "traditionnel"

A un jet de pierre du nouveau quartier qui sortira de terre ou renaîtra de ses ruines, le quartier "historique", flanqué autour de la place Fréderic, s'étirant du charbonnage à Plomcot et tout au long de la vallée de Judonsart. Environ 300 habitations jalonnent les rues, tantôt récentes, tantôt construites dans les années 1920, où la plupart on fait l'objet de transformations diverses pour y améliorer leur confort de vie.

Avec l'augmentation des coût de l'energie, les nouveaux investissements porteront inévitablement sur les moyens à mettre en oeuvre pour en limiter la consommation, que cela soit par une meilleure isolation du bâti, par l'apposition de panneaux solaires pour la production d'eaux chaudes, par l'installation de cellules photovoltaïque, par d'utilisation de l'énergie éolienne,...Toutes formules et synergies pour faire face à la raréfication des matières premières et au réchauffement climatique.
Mais que faire, que choisir pour son habitation ?

Au travers de ses contacts avec différents acteurs du projet Eco-quartier, le comité du Martinet a imaginé pouvoir faire bénéficier les habitants du quartier et ses voisins des compétences et des conseils de spécialistes en matière d'éco-construction et d'éco-rénovation.

A cet effet, en mars dernier, nous tenions une réunion d'information. Deux démarches étaient présentées.

L'une, présentée par "Espace Environnement" qui proposait un accompagnement et l'aide de spécialistes au projet que l'on veut développer

L'autre, présentée par le "cluster du développement durable du Hainaut" qui proposait de confier son projet et conseillait des "professionnels" pour la réalisation de celui-ci.

A chacun sa formule, pour le comité le but ne vise qu'à offrir un service et inscrire le quartier dans une dynamique de développement durable au travers de" l'Eco-Rénovation"

HAUT DE PAGE